flux Ecologie

Mouvement international œuvrant à construire un monde où l’énergie renouvelable soutenue par les populations locales est accessible à tou.te.s.

▸ les 10 dernières parutions

14.11.2022 à 14:46

Édition spéciale COP27

christine
Texte intégral (2156 mots)

La COP a commencé avec des scientifiques qui nous annoncent que nous ne serons bientôt plus capables de limiter le réchauffement à 1,5 °C, et le Secrétaire général des Nations unies qui nous prévient le premier jour de la conférence que nous avons deux possibilités : « coopérer ou périr ». Alors que nous naviguons à travers les nombreuses activités et émotions du sommet, nous avons sélectionné quelques points forts qui sont essentiels, édifiants et inspirants car ils montrent le pouvoir de nos camarades activistes présent·e·s aux discussions. Sans leur travail de pression courageux et incessant, les voix de millions de personnes dans le monde risqueraient d’être ignorées.

Demain aura lieu la « Journée de la société civile » de la COP27, et nous espérons que la solidarité avec nos frères et sœurs venu·e·s apporter leurs messages aux dirigeant·e·s du monde lors de la « séance plénière des peuples » continuera d’éclairer notre espoir et notre lutte pour un avenir plus équitable au-delà des énergies fossiles, dans le monde entier !


Inscrivez-vous pour la Fossil Free News : Les dernières actus qui comptent et qui inspirent sur la lutte pour le climat de part le monde, livrées directement dans votre boîte mail tous les mois.


Dernières nouvelles du front

Qui paie les pots cassés de la crise climatique ?

La COP27 a commencé légèrement en retard lundi dernier car les négociations sur l’agenda ont continué jusque tard dans la soirée de dimanche. Mais le résultat a été positif : après 30 ans, les « pertes et dommages » ont finalement leur place dans l’agenda officiel ! C’est là le terme utilisé pour faire référence aux effets dévastateurs du changement climatique qui se font déjà ressentir dans le monde, avec un impact considérable sur les communautés les plus vulnérables. C’est un sujet présent dans les discussions depuis déjà de nombreux mois.

Quelques pays subissent déjà la pression pour agir et prendre des engagements. Les sommes annoncées jusqu’à présent, cependant, semblent une goutte d’eau dans l’océan au vu des besoins. La société civile maintient la pression sur les pays riches pour qu’ils payent leur part. Pendant la semaine, de nombreuses actions ont eu lieu sur ce thème et vendredi, la conférence a vu se présenter une foule de personnes vêtues de bleu pour attirer l’attention sur les récents effets destructeurs du dérèglement climatique.


De l’espoir pour les habitant·e·s du Pacifique

Et quand il s’agit de prendre la défense des populations vulnérables face aux effets de la crise climatique et de réclamer des mesures concrètes, nos ami·e·s du Pacifique sont de véritables leaders. Pendant la première semaine de la COP, ils/elles ont remis officiellement la Déclaration d’état d’urgence climatique de Kioa, dont je vous ai parlé dans la dernière édition de cette lettre d’information, et qui a été élaborée par les populations locales, la société civile et des ONG du Pacifique pour s’exprimer d’une voix unie à la COP27. La déclaration n’est pas seulement une liste d’exigences, mais un témoignage plein d’espoir pour sauver les nombreux foyers directement affectés par cette crise.

C’est aussi pendant cette semaine que Tuvalu s’est joint au Vanuatu pour demander officiellement un Traité de non-prolifération des énergies fossiles s’engageant à l’abandon du charbon, du pétrole et du gaz une fois pour toutes. Manifestez votre solidarité aux nations des îles du Pacifique pour mettre fin aux énergies fossiles :

SIGNEZ LA PÉTITION


Stop au financement des énergies fossiles !

Mercredi dernier était la « journée finances » de la COP, et notre mouvement n’a pas manqué l’occasion de pointer du doigt ceux qui injectent encore de l’argent dans les projets polluants des énergies fossiles. Lors d’un événement organisé par la banque japonaise MUFG, des activistes venus d’Ouganda et de Tanzanie ont confronté des cadres de la banque sur le financement par leur entreprise de l’Oléoduc de pétrole brut d’Afrique de l’Est.

C’est d’ailleurs aussi le Japon qui a gagné le titre de « Fossile du jour » ce même jour, car le pays est le plus important financeur public de projets liés au pétrole, au gaz et au charbon, avec une contribution de 10,6 milliards de dollars US par an en moyenne entre 2019 et 2021. Le « prix » est décerné par Réseau Action Climat (RAC) chaque jour de la COP aux pays qui ne font vraiment aucun effort.


Pas de justice climatique sans droits humains !

La liberté d’expression et de rassemblement (ou son absence) a été un sujet très présent lors de cette COP et jeudi dernier, des activistes ont manifesté en blanc pour réclamer aux chefs d’États de prendre position contre les violations des droits humains et pour demander la libération des prisoniers d’opinion en Égypte.

Les droits humains sont l’essence même de notre lutte pour la justice climatique. Aujourd’hui plus que jamais, nous devons écouter les voix de ceux et celles qui ont été et sont encore marginalisé·e·s et nous montrer solidaires. Il ne peut pas y avoir de justice climatique sans droits humains. Lisez la lettre remise aux chefs d’États ici.

#WeAreNotYetDefeated !

La semaine dernière s’est terminée sur une marche, le samedi, où plus de 2 000 personnes ont manifesté sous le slogan « We Are Not Yet Defeated » (nous ne sommes pas encore vaincus). Traditionnellement, les manifestations ont lieu le premier weekend de la COP, mais cette fois, elles ont eu lieu sur le site de la conférence et non dans la rue, suite aux restrictions imposées par le gouvernement égyptien.

Plusieurs groupes, activistes et organisations se sont rassemblés pour affirmer haut et fort que nous, le peuple, sommes uni·e·s dans nos exigences : nous voulons plus d’ambition dans les négociations pour le climat, nous refusons les fausses solutions et nous voulons que les gouvernements les plus riches payent aux populations les plus touchées ce qui leur est dû. La marche qui a eu lieu en Égypte a été soutenue par une Journée mondiale d’action qui a vu descendre dans les rues des personnes du monde entier, du Royaume-Uni aux Philippines, au Danemark, en Australie et aux îles Fidji !


LE POUVOIR EST ENTRE VOS MAINS

Depuis des années, nous savons que les pays les lus riches génèrent la plupart des émissions qui sont la cause de la crise climatique. Ce sont eux qui ont le plus contribué au changement climatique et qui se sont enrichis en brûlant les énergies fossiles. Mais en ce qui concerne les effets des catastrophes climatiques, les pays du Sud sont les plus durement touchés.

Alors que les discussions se poursuivent cette année au sommet sur le climat des Nations unies, il devient de plus en plus clair que les pays riches ne se montreront pas à la hauteur de leurs responsabilités si nous ne faisons pas pression sur eux. Ils doivent retirer leur financement aux énergies fossiles et l’investir dans une transition juste et propre vers les énergies renouvelables partout dans le monde. Et ils doivent le faire maintenant !

Signez cette pétition pour demander aux dirigeant·e·s du monde de financer une transition juste :


BOOSTEZ VOTRE MILITANTISME

Pertes et dommages, populations en première ligne, groupe V20… Qu’est-ce que tout cela veut dire ?

Il est vrai que le militantisme climatique a parfois son propre jargon, et ce n’est pas toujours facile de rester à jour, surtout dans des périodes intenses comme les conférences de l’ONU sur le climat. Notre équipe s’est occupée de créer un glossaire des termes utilisés pour nous aider à suivre le débat.

En voici juste deux. Vous pourrez en trouver plus sur nos réseaux sociaux ! Suivez 350.org sur Instagram, Twitter et Facebook.


Citation du jour

Le pétrole et le gaz que l’industrie des énergies fossiles veut exploiter en Afrique ne le seront pas pour les Africains. Ce pétrole et ce gaz seront chargés sur des navires pour être envoyés en Europe. Les profits de cette exploitation iront remplir les poches de personnes qui sont déjà riches.

Le seul moyen de faire sortir les gens de la pauvreté énergétique est de distribuer l’énergie renouvelable.

Vanessa Nakate, activiste ougandaise pour la justice climatique

26.10.2022 à 18:29

Êtes-vous prêt·e à rejoindre notre voyage à nos côtés pour la COP ?

christine
Texte intégral (2282 mots)

La COP27 commence dans deux semaines environ et dans cette édition de la lettre d’information Zéro Fossile, nous allons aborder de nombreux exemples de la manière dont notre mouvement s’organise dans le monde entier pour faire pression sur les responsables présents à la conférence, et aussi vous expliquer comment vous pouvez participer !

Même si les vraies actions pour le climat n’ont généralement pas lieu pendant les COP, celles-ci font partie de l’effort mondial pour remédier à la dégradation du climat. Pour résoudre cette crise mondiale, nous avons besoin d’une mobilisation mondiale, et la COP est pour nous une occasion unique de mettre sous les projecteurs le changement que nous voulons voir se réaliser. Cette année, la conférence se déroule en Afrique, le continent le plus touché par les effets de la crise climatique. Et nous suivons la voie tracée par les activistes du continent pour démontrer que chaque dixième de degré compte..

Inscrivez-vous pour la Fossil Free News : Les dernières actus qui comptent et qui inspirent sur la lutte pour le climat de part le monde, livrées directement dans votre boîte mail tous les mois.

Dernières nouvelles du front

Du Cap jusqu’au Caire #Road2COP

Que diriez-vous d’un voyage à travers l’Afrique ?

Du 22 octobre au 16 novembre, 350Africa.org mettra en lumière plusieurs batailles menées sur le continent pour mettre fin au changement climatique et aux projets d’exploitation des énergies fossiles. Où que vous soyez, vous pourrez rejoindre notre « caravane » en ligne et suivre de près le travail des groupes et des mouvements d’initiative locale, de l’Afrique du Sud à la République démocratique du Congo, en passant par l’Ouganda et la Tanzanie.

Cette caravane virtuelle prépare le terrain pour ce que les activistes de toute l’Afrique attendent de la COP27, et elle dénonce le rôle de l’industrie des énergies fossiles et de la finance dans l’accélération de la crise climatique. La première étape a eu lieu en Afrique du Sud, avec la Fair Finance Coalition et des explications sur le financement de la lutte contre le changement climatique et sur le partenariat pour une transition énergétique juste (JETP). Ensuite, nous manifesterons notre solidarité avec 40 organisations locales d’Ouganda, de Tanzanie et de RDC.

 Les larmes de la résilience

Des organisations locales, de la société civile et des ONG se sont rassemblées sur l’île de Kioa, dans le Pacifique, afin de se préparer à faire entendre une voix unie à la COP27. Elles ont ainsi rédigé la « Déclaration d’urgence climatique de Kioa », réclamant des mesures plus importantes en matière d’atténuation et d’adaptation, une plus grande place pour les pertes et dommages dans les négociations (c’est-à-dire la prise en compte des dommages déjà causés par la crise climatique), et la création d’arrangements financiers plus équitables.

 

Les peuples du Pacifique continuent à montrer l’exemple en revendiquant un traitement juste et équitable des menaces de la crise climatique. Kioa n’a pas été choisie au hasard : la population a été déplacée depuis Tuvalu vers cette île qui a été achetée à Fidji en 1946 pour assurer l’avenir de son peuple. Ces populations elles-mêmes ont vécu la migration et les déplacements forcés dus au changement climatique. Elles ont su en tirer de nombreux enseignements et une sagesse tels que nous avons hâte d’en savoir plus à l’occasion de leur voyage vers la COP.

Vaca Muerta est une « bombe économique »

Les énormes réserves de gaz et d’huile de schiste de la Patagonie argentine, ont été présentées par les compagnies pétrolières comme la solution à la dépendance énergétique et au joug de la dette extérieure. Mais la vérité est tout autre : c’est un piège !

La semaine dernière, 350 Amérique latine a publié la première partie d’un rapport détaillé : « Vaca Muerta : un piège de gaz et de pétrole ». L’étude se penche sur les véritables coûts (souvent cachés) de la fracturation hydraulique à Vaca Muerta, et les chercheurs ont constaté que la somme dépasse plusieurs TRILLIONS de dollars.

Cela signifie donc que si nous n’arrêtons pas cette bombe de carbone immédiatement, les dégâts sociaux et environnementaux qui touchent déjà des milliers de personnes imposeraient un lourd fardeau sur tout le pays.

Grande manifestation à Paris contre l’inflation et la crise climatique

Les conséquences de l’inflation, de la hausse du coût de la vie et des effets du changement climatique sont à présent un véritable fléau pour de nombreuses familles et ont fait descendre des dizaines de milliers de manifestant·e·s dans les rues de Paris la semaine dernière. Ils/elles sont venu·e·s en grand nombre manifester leur colère face à la hausse des prix et à l’inaction climatique, affirmant qu’il n’existe aucune vraie solution sans justice climatique.

Des participant·e·s à une manifestation – Stephane Mahe/Reuters

Comme nous avons pu le constater au cours des derniers mois, la France et d’autres parties de l’Europe ont subi canicule sur canicule, avec des températures extrêmes. Le grand public en a assez et exige des mesures de la part de ses dirigeant·e·s.

À voir absolument

Pendant la journée investisseurs de Total Energies qui a eu lieu il y a quelques semaines, des manifestant·e·s ont organisé une marche pour se joindre au débat.

En mai dernier, lors de l’Assemblée générale annuelle, les actionnaires ont voté pour le  » Plan Climat  » de Total, et une large majorité l’a approuvé. Cependant, Total affirme que  » de nouveaux développements dans le gaz et le pétrole sont encore nécessaires « . Mais la science est catégorique : aucune autre installation de production de gaz ou de pétrole ne doit sortir de terre si nous voulons limiter le réchauffement à 1,5 °C !

Nous demandons aux actionnaires de ne plus être complices des mensonges de Total, de respecter leurs propres engagements pour le climat, et de faire pression sur la multinationale pour renoncer au projet climaticide #StopEACOP.

Photo Hugo Perrin / Vidéo @Mad_Margaux

LE POUVOIR EST ENTRE VOS MAINS

Semaine mondiale d’action Stop EACOP

Quand vous lirez ces lignes, des centaines de personnes dans le monde entier se seront déjà rassemblées pour faire pression sur les banques, les compagnies d’assurances et les entreprises qui financent l’immense oléoduc dont la construction est prévue entre l’Ouganda et la Tanzanie (l’Oléoduc de pétrole brut d’Afrique de l’Est, ou EACOP). Mais ne vous inquiétez pas, il est encore temps de nous rejoindre et d’ajouter votre nom !

Du 24 au 30 octobre, la Semaine mondiale d’action Stop EACOP mettra en évidence la dimension internationale de cette lutte, avec des actions virtuelles dans plusieurs régions du monde. L’idée est de vraiment mettre la pression sur les financiers et sur les bailleurs de l’EACOP avant la COP27.

BOOSTEZ VOTRE MILITANTISME

Quel est le lien entre changement climatique et droits humains ?

Chez 350.org, nous luttons pour la justice climatique et cela implique de comprendre que les véritables solutions de la crise du climat sont celles qui sont bâties sur l’équité et que les questions sociales, environnementales, économiques, raciales, de genre et du climat sont douloureusement liées.

Les effets de la crise climatique se font déjà ressentir partout dans le monde ; ils marquent profondément les populations, frappant plus fort ceux et celles qui se trouvent dans les régions ou les conditions sociales les plus vulnérables.

Amnesty International propose une formation en ligne gratuite (en anglais) qui analyse les liens entre le changement climatique et les droits humains. Jetez un coup d’œil :

 

Citation du mois

« La COP26 et celles qui l’ont précédée n’étaient pas inclusives, et lors de la COP27, je veux voir l’inclusion des peuples autochtones d’Afrique, les populations prétendument marginalisées, celles qui ont été intentionnellement effacées. Je veux entendre les voix de ces populations. Et puisque la COP se déroule en Afrique, pourrait-on voir l’Afrique prendre les choses en main pour une fois ? »

Irene Aswa – Ecological Justice, Kenya

21.10.2022 à 16:55

🚨Une semaine d’actions pour empêcher la construction de l’oléoduc EACOP

clemence
Texte intégral (922 mots)

 

Cher·e ami·e, depuis que j’ai rejoint cette lutte, je n’ai jamais assisté à un tel moment.

 

Des personnes du monde entier s’unissent pour empêcher la construction de cet oléoduc. Je vous remercie si vous en faites déjà partie.

Les communautés d’Afrique de l’Est descendent dans la rue pour manifester (1). Des militant·e·s du monde entier font pression sur les banques et les compagnies d’assurance afin qu’elles cessent de soutenir l’EACOP (2). Le Parlement européen vient d’affirmer que le projet entraînait des violations des droits humains (3). L’élan d’opposition grandit.

Mais aujourd’hui, de nouveaux bailleurs de fonds interviennent pour tenter de faire aboutir le projet. Et ce en dépit de l’indignation des ougandais·e·s et des tanzanien·ne·s menacé·e·s par le gazoduc et de centaines d’organisations travaillant dans toute l’Afrique (4).

C’est pourquoi je vous invite à vous inscrire pour participer à notre Semaine mondiale d’actions.

S’il est construit, l’oléoduc de Total fera des ravages dont les communautés en Ouganda et en Tanzanie paieront le prix. Une seule fuite pourrait suffire à empoisonner l’eau dont dépendent 40 millions de personnes pour l’alimentation, l’agriculture et les moyens de subsistance,5 sans parler de l’impact destructeur de ce projet pétrolier sur notre climat.

La lutte contre l’EACOP est une lutte pour la justice, la sécurité, la santé et un avenir énergétique sain pour tous·tes. Je vous invite donc à vous engager à effectuer plusieurs actions simples, entre le lundi 24 et le 30 octobre.

En vous inscrivant, vous vous joindrez virtuellement à des milliers d’autres personnes pour faire pression sur les bailleurs de fonds de l’EACOP pendant une semaine.

Je vous enverrai une nouvelle action chaque jour. Et ne vous inquiétez pas, vous pouvez effectuer chaque action à votre rythme, ou choisir parmi les actions proposées !

Cette année, la conférence des Nations Unies sur le climat (COP 27) se déroulera en Afrique, la région qui a le moins contribué au changement climatique mais qui en paie un des plus lourds tributs chaque jour .

C’est le moment idéal de montrer aux leaders de ce monde, en amont de la COP, le combat que mènent les communautés locales pour que l’Afrique rejette les combustibles fossiles, et de mettre en avant les personnes qui mènent la lutte pour la justice climatique et pour une transition équitable vers les énergies renouvelables. Pour avoir la moindre chance d’un avenir vivable pour nous tous·es, nous devons cesser d’extraire des combustibles fossiles dès à présent.

Rejoignez notre combat pour arrêter l’EACOP.

J’espère pouvoir compter sur vous,

En solidarité,

Omar Elmawi, coordinateur de la campagne Stop EACOP pour 350 Afrique

Omar Elmawi

P.S. :  invitez vos ami·e·s à rejoindre nos rangs pour faire augmenter la pression contre l’EACOP en leur envoyant ce formulaire d’inscription. En s’y inscrivant, iels recevront également toutes les actions prévues lors de la semaine d’actions digitales contre EACOP.


Sources

1. Newsletter Septembre 2022 – AFIEGO & Des étudiants arrêtés lors de manifestations contre le projet EACOP. AUTO REPORT AFRICA
2. À la rencontre de la coalition #StopEACOP
3. Le Parlement européen adopte en urgence une résolution dénonçant les violations des droits humains et les menaces environnementales liées au projet EACOP – #StopEACOP
4. Des organisations de la société civile font part de leurs préoccupations quant au financement de l’EACOP par la Banque islamique de développement- #StopEACOP
5. POURQUOI IL FAUT ARRÊTER L’EACOP – #StopEACOP (en anglais)

3 / 10