Associations iséroises


 Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques
Les dernières mises à jour, les parutions d’indicateurs conjoncturels et de publications
21.01.2022 à 12:00:16

21.01.2022 à 12:00:16

21.01.2022 à 12:00:00
En décembre 2021, le prix du pétrole en euros baisse de nouveau (−7,3 % après −1,4 % en novembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) augmentent nettement (+5,2 % après −0,6 %) sous l'effet du fort rebond de ceux des matières premières industrielles (+7,3 % après −4,7 %) et de l'accélération des prix des matières premières alimentaires (+3,8 % après +2,4 %).

20.01.2022 à 08:45:00
Selon les chefs d’entreprise interrogés en janvier 2022, le climat des affaires du commerce de gros se dégrade à peine par rapport à novembre. L’indicateur qui le synthétise perd un point et s’établit à 113, après avoir atteint en novembre son plus haut niveau depuis 2000. Ce léger tassement est principalement dû à la baisse des soldes d’opinion relatifs aux intentions de commandes et aux perspectives générales d’activité du secteur, en partie compensée par la hausse de celui sur les livraisons reçues de l’étranger.

20.01.2022 à 08:45:00
En janvier 2022, le climat des affaires se dégrade dans l’ensemble constitué du commerce de détail et du commerce et réparation automobiles. À 105, l’indicateur qui le synthétise perd deux points mais reste au-dessus de sa moyenne de longue période (100). Ce recul de l’indicateur synthétique résulte surtout d’une détérioration du solde d’opinion relatif aux perspectives générales d’activité du secteur.

20.01.2022 à 08:45:00
En janvier 2022, le climat des affaires se dégrade de nouveau. L’indicateur qui le synthétise, calculé à partir des réponses des chefs d’entreprise des principaux secteurs d’activité marchands, perd deux points. À 107, il reste cependant assez nettement au-dessus de sa moyenne de longue période (100). Cette dégradation du climat des affaires tient principalement à la nouvelle détérioration des perspectives générales dans les services.

20.01.2022 à 08:45:00
En janvier 2022, les chefs d’entreprise du bâtiment sont moins confiants quant aux perspectives d'activité. L'indicateur de climat des affaires baisse de deux points, à 113, tout en restant largement au dessus de sa moyenne de longue période (100). Les soldes d'opinion relatifs à l'activité, tant passée que future, contribuent principalement à cette baisse du climat.

20.01.2022 à 08:45:00
Selon les chefs d’entreprise interrogés en janvier 2022, le climat des affaires se dégrade de nouveau dans les services. À 105, l’indicateur qui le synthétise perd deux points ; il demeure cependant au-dessus de sa moyenne de longue période (100).

20.01.2022 à 08:45:00
Selon les chefs d’entreprise interrogés en janvier 2022, le climat des affaires dans l’industrie manufacturière s’améliore de nouveau un peu par rapport au mois précédent. À 112, l’indicateur gagne deux points et demeure bien au-dessus de sa moyenne (100). Il est porté par le rebond des soldes sur les carnets de commandes et, dans une moindre mesure, par la hausse de celui sur la production passée. Au contraire, le solde sur les perspectives personnelles de production tire le climat à la baisse. Par ailleurs, le solde sur l’évolution prévue des prix de vente se replie nettement tout en demeurant à un niveau élevé.

20.01.2022 à 08:45:00
En janvier 2022, les soldes d'opinion des chefs d'entreprise relatifs à la demande qu'ils reçoivent restent à un niveau élevé. Pour répondre à cette demande, les entreprises se disent moins contraintes qu'en octobre dernier : la proportion d'entreprises déclarant être limitées dans leur production en raison de difficultés d'offre uniquement diminue pour la première fois depuis octobre 2020. Par ailleurs, par rapport à octobre 2021, les industriels anticipent une accélération de leurs prix de vente. Enfin, les difficultés de recrutement continuent de s'accroître et atteignent un niveau inédit depuis 1991, début de cette série.

19.01.2022 à 17:00:00
Depuis 2010, la production des études de marché et sondages croît à un rythme modeste, nettement inférieur à la moyenne des services marchands (+ 1,0 % par an entre 2010 et 2019 en volume, contre + 2,9 % pour l’ensemble des services marchands).Le secteur se distingue par une forte concentration de l’activité, très implantée en Île-de-France, et une prédominance des grands groupes internationaux. La main-d’œuvre y est qualifiée (38 % des salariés sont des cadres).Le processus de production repose largement sur la sous-traitance (60 % des consommations intermédiaires).Depuis 2010, du fait de l’émergence des mégadonnées, le secteur emploie un personnel moins nombreux mais plus qualifié, ce qui a généré une augmentation des frais de personnel et s’est accompagné d’une baisse du taux de marge (– 4 points).En 2020, le secteur des études de marché et sondages a été affecté par la crise sanitaire, les achats d’études étant une des premières variables d’ajustement des entreprises en temps de crise (– 11 % du chiffre d’affaires). La situation se redresse à partir du 4e trimestre 2020 : en juin 2021, le secteur a retrouvé le niveau des ventes de juin 2019.

18.01.2022 à 12:15:48