Associations iséroises


Terre de Liens

Publié le 04.07.2022 à 00:00

La ferme de Ser Clapi (Mens- 38) : une belle histoire de transmission... ou quand l'union fait la force !

terre de liens

Le projet, initié il y a plus de 3 ans, a évolué sous des auspices favorables. Au-delà de la motivation et des compétences des futurs fermiers, cette installation a été soutenue par de nombreux acteurs locaux et institutionnels.

Devenir paysans, de l'envie à la réalisation

Crédit photo : Lilian Sabatier

Aujourd'hui, pour la plupart des jeunes, s'installer paysan est un long cheminement, qui prend généralement plusieurs années. Bon nombre de fermiers et fermières Terre de Liens ont une formation universitaire et une expérience professionnelle qui ne leur a pas permis de trouver le sens qu'ils pouvaient légitimement espérer. L'envie de « bifurquer » finit donc par arriver et c'est souvent au gré des rencontres, fortuites ou recherchées, que le choix de devenir paysan se fait. C'est ainsi que Lucie, Aymeric et Hugues, au bout d'un long et complexe parcours, vont devenir fermiers à Ser Clapi.

Leurs premiers pas en agriculture ont des origines différentes mais une même motivation les unit. Aymeric, ingénieur agronome, avait déjà un pied dans le monde agricole mais sans la pratique de la terre. Lucie, par ses séjours dans le Trièves, a croisé le chemin de chevriers et de leur troupeau et Hugues après une expérience d'animation en milieu rural a été salarié d'une boulangerie paysanne. Tous deux ont ensuite passé un BPREA (brevet professionnel responsable d'entreprise agricole).

Les cédants, la ferme, le projet

Quand leur souhait de s'installer se précise, les chevriers amis de Lucie, leur font rencontrer Thierry et Sylvie qui, l'âge de la retraite approchant, souhaitent céder leur ferme. Ils ont un élevage de vaches laitières et cultivent des céréales.

La ferme de Ser Clapi se situe dans un hameau du village de Mens (Isère), dans le Trièves à 900 m d'altitude. L'acquisition par Terre de Liens comporte 38 ha de terres, 3 bâtiments agricoles et une maison d'habitation. Les fermiers pourront par ailleurs reprendre environ 20 ha en location.

Crédit photo : Lilian Sabatier

Le projet de Lucie, Aymeric et Hugues comprend un élevage d'environ 60 chèvres pour la fabrication de fromages, 20 ha de cultures de céréales pour transformation boulangère, une vingtaine de vaches allaitantes et un petit élevage de porcs pour valoriser le petit lait et les sous-produits de la meunerie. Un des intérêts de leur projet est de conserver le modèle paysan « polyculture, élevage » de la ferme.
La commercialisation se fera à la ferme, sur des marchés et via une plateforme de produits bio destinés à la restauration collective.
Le dimensionnement du projet permet la venue d'un quatrième associé qui est prévue à court terme.

L'histoire de la transmission et de l'installation

Cette installation voit le jour bien évidemment par la très forte volonté et les compétences des futurs fermiers. Il faut cependant souligner une conjonction d'éléments favorables dans l'accompagnement de ce projet à laquelle la capacité relationnelle de nos trois paysans n'est néanmoins pas étrangère.

Le premier pas est assuré dès 2019 par les chevriers, Philippe et Hélène, qui permettent le contact avec les agriculteurs cédants. Puis, fin 2020, ils mettent à disposition des porteurs de projet leur ferme via un stage de reprise, ce qui leur permet de commencer à constituer leur troupeau, la fabrication et la commercialisation des fromages. En bref, de se faire la main et de commencer à travailler ensemble, la ferme de Ser Clapi n'étant disponible que fin 2022.

Un deuxième pas est franchi par l'accueil bienveillant du projet par les cédants, Sylvie et Thierry, et leur démarche sera précieuse. Ils prennent une part active dans la transmission, convertissent dès le printemps 2021 leur ferme à l'agriculture bio et font tout leur possible pour faciliter l'installation. Ils sont particulièrement motivés par la continuité de la vie de leur ferme. Ils permettent le début des travaux et une installation progressive afin que la ferme soit totalement opérationnelle pour le nouveau projet dès fin 2022. Ils ont été également très actifs pour la transmission des baux auprès des propriétaires de plus de 20 ha.

Les acteurs institutionnels ont été également facilitateurs : la municipalité de Mens a permis le relogement des cédants. La Safer et la Chambre d'Agriculture ont accompagné l'instruction par leurs apports techniques, en favorisant un climat de confiance. Il n'est pas aussi simple qu'il n'y paraît pour des agriculteurs attachés à une terre familiale de la céder à Terre de Liens. C'est bien plus qu'un acte de vente !

Les bénévoles et l'équipe de Terre de Liens ont été activement présents depuis le début du projet. Et pour finir les habitants du village, qui affluent le vendredi, jour de vente : les fromages sont unanimement appréciés. Vivement la construction du four et, si tout va bien, les premiers pains à l'automne 2022…

Voilà un exemple de toute la démarche de Terre de Liens, produire ce qui nous nourrit, c'est l'affaire de tous !

>> Cliquez ici pour en savoir plus sur la ferme
>> Cliquez ici pour soutenir le projet


Publié le 23.06.2022 à 17:58

Ser Clapi

terre de liens

Dans le massif du Trièves à une cinquantaine de kilomètres de Grenoble, la ferme de Ser Clapi, hameau de la commune de Mens, offrait de belles perspectives d'installation pour des jeunes en reconversion. C'est une propriété de 70 Ha, bien regroupés autour du bâti, habitation et locaux agricoles. Les porteurs de projets, Lucie, Aymeric et Hugues avaient, dès 2019, créé des liens avec Philippe, un ancien chevrier de la commune, qui leur a présenté les agriculteurs qui souhaitaient transmettre leur ferme, Sylvie et Thierry.
Lorsqu'ils contactent Terre de Liens, toutes les conditions étaient réunies pour que le projet aboutisse.

LA TRANSMISION

Lucie, une des porteuses de projet, qui a des attaches familiales et amicales locales, préparait une reconversion en élevage ovin et faisait diverses expériences pour finaliser son projet. Il y a 3 ans, Philippe, chevrier en fin de carrière, l'a accueillie, lui a mis des locaux à sa disposition et surtout lui a présenté Sylvie et Thierry, en projet de transmission.
Le projet se concrétise quand elle rencontre Aymeric à l'ENIL de Poligny (formation en transformation fromagère). Ils sont sûrs d'eux, sur le choix de cette activité d'éleveurs, mais ils constatent avec réalisme que la ferme est surdimensionnée pour l'exploiter à 2. C'est un bénévole de Terre de Liens Rhône-Alpes qui les met en relation avec Hugues, en reconversion lui aussi, boulanger salarié dans un GAEC local. Il sera le 3ème associé en tant que paysan-boulanger.

Cette installation va donc permettre : le maintien d'une activité agricole et économique, la conversion en bio de 70 Ha, et éviter un démantèlement de la propriété.

LES ATOUTS DU PROJET
La nouvelle municipalité de Mens, qui a un projet ambitieux dans le domaine agricole, ainsi que l'association SIDATEL (Sud Isère Territoire agricole et développement local) soutiennent le projet.
Philippe, en mettant à la disposition des porteurs de projets son équipement pour la production des fromages, leur a permis d'avoir déjà amorcé une commercialisation, dont les résultats sont prometteurs.
La Chambre d'Agriculture accompagnera les associés sur les aspects relationnel et décisionnel.

L'activité de la boulangerie se mettra en place progressivement et comme le dynamisme ne manque pas, un troupeau de vaches allaitantes est prévu pour l'avenir qui se dessine avec un 4ème associé.

Les 3 porteurs de projet vivent sur le territoire où ils sont déjà fortement impliqués dans le milieu agricole, mais aussi dans le tissu social de la commune de Mens.

Il ne manque plus que les actionnaires solidaires pour que ce beau projet se concrétise et le GL Ygrenoblois s'emploie déjà à les rassembler !
>> Épargner solidaire pour la ferme de Ser Clapi


Publié le 14.06.2022 à 12:33

Rosière

terre de liens

La ferme de Rosière est située sur les coteaux dominant Ruy à côté de Bourgoin-Jallieu.
Trois sœurs souhaitent préserver l'unité du bien et respecter les valeurs de leurs parents, M. Muet père s'était engagé dans des pratiques bio dès les années 1970.
Elles contactent Terre de Liens pour préserver l'unité de la ferme à la vente. Terre de Liens propose d'acheter les 16 Ha de terre. Une association est créée pour acheter les bâtiments.
Deux jeunes paysannes boulangères vont faire vivre cette ferme et maintenir une activité paysanne. Elles développeront une production locale en circuit court.

Prise de contact
Les vendeuses souhaitent maintenir une activité agricole sur la ferme. Elles choisissent de contacter Terre de Liens. Un groupe de 4 bénévoles se met en place. Lors de la première visite nous découvrons une belle ferme en U. Des bâtiments agricoles, une maison d'habitation des années 70, une très vieille maison en pisé. Les bâtiments sont relativement vétustes. Les 16 ha de terres sont principalement autour de la ferme.
La ferme offre un potentiel important dans une région très urbanisée dans laquelle une ferme Terre de Liens aurait toute sa place.

Les porteuses de projet
Un appel à porteurs/porteuses de projet est lancé. Le projet porté par Marie Allagnat et Hélène Becq, deux jeunes et expérimentées paysannes boulangères est retenu par le jury. Le projet est très bien construit. Elles veulent créer un lieu de vie autour de l'activité agricole sur la ferme.

Le montage définitif
Pour la Foncière Terre de Liens, les terres sont intéressantes mais il y a trop de travaux à réaliser sur les bâtiments.
Les propriétaires, les porteuses de projet et les bénévoles proposent de créer une association pour acheter les bâtiments. Elle les donnera à bail emphytéotique à une association gestionnaire qui louera les bâtiments au GAEC.
Le comité d'engagement de la Foncière donne un avis favorable à l'achat des terres, ainsi que la SAFER sur le projet.

Le temps de faire les acquisitions et les démarches administratives, Marie et Hélène pourront semer à l'automne 2022. La ferme de Rosière pourra revivre.

Prêt pour l'achat : la collecte commence
Elle débutera dans la dernière quinzaine de juin.


Publié le 03.06.2022 à 00:00

Appel à candidatures - Ferme de la Fournachère (Les Haies - 69)

terre de liens

Suite à l'arrêt de l'activité de la fermière en place, Terre de Liens cherche un·e repreneur·euse pour la ferme de la Fournachère, propriété de Terre de Liens. Mise à disposition de 49ha avec bâtis agricoles et habitation pour un projet d'agriculture biologique. Idéal pour projet d'élevage, projets complémentaires possibles.

JPEG - 6.8 Mo
Ferme de la Fournachère

Composition du bien : 49,70 ha regroupés, 2 bergeries (580m2 et 650m2), bâtiment de stockage (625m2), habitation (135m2).
+ Surface en location auprès de 5 autres propriétaires : 16 ha 13 a
Propriété : Foncière Terre de Liens.
Bail : Bail Rural Environnemental de 9 ans.
Occupation : le bien est en convention de mise à disposition jusqu'en mars 2023.
Production agricole actuelle : aucune.

Potentiel agricole : Élevage de petits ruminants avec transformation, maraîchage, petits fruits.
Irrigation : deux retenues collinaires (4700m3 et 12 400m3) à remettre en état.
Raccordement : Une source privée alimente la ferme. L'habitation est raccordée au réseau.
Zonage urbanistique : zones A pour la partie bâtie et zone Ap pour les terrains.

Échéance des candidatures : 30 juin 2022
Entrée sur les terres : début 2023

Si vous êtes intéressé·e, merci de vous manifester dès à présent par mail aux adresses suivantes : a.crequy@terredeliens.org.

+ d'info sur la ferme


Publié le 28.05.2022 à 00:00

Journée Terre de Liens à la ferme Charpin

terre de liens

Venez découvrir la Ferme Charpin avec les bénévoles du groupe local 73 !
Ce projet de la Fondation Terre de Liens permet de pérenniser un projet agricole local.

AU PROGRAMME :

Dès 10h :
— > ANIMATIONS :
- Visites guidées de la ferme
- Atelier pratique sur l'analyse des sols
- Animation avec les ânes
- Balade autour de la ferme avec la LPO autour des chants d'oiseaux
- Table ronde sur la thématique des enjeux agricoles et de l'alimentation locale
— > STANDS :
- Marché des fermiers de Terre de Liens Savoie et des Paysans Voyageurs
- Groupe Local Savoie de Terre de Liens
- Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO)
- Buvette
- Restauration sur place par la "Ferme de la Curiaz"

A 10h30 le Groupe Local Savoie vous accueille pour une rencontre entre membres de Terre de Liens présents puis nous vous offrons l'apéritif.

Le covoiturage est fortement encouragé !! Voici le lien vers le site de covoiturage.

Saint Pierre de Soucy (73)


Publié le 21.05.2022 à 00:00

Assemblée Générale de Terre de Liens Rhône-Alpes

terre de liens

Nous tiendrons notre assemblée générale dans la Loire, avec comme nouveauté cette année une organisation commune avec Terre de Liens Auvergne !

Au programme :

* 9h : accueil et émargements.
* 10h-12h : présentation interactive des rapports d'activités des associations TDL Auvergne et TDL Rhône-Alpes.
* 12H-12h45 : Votes des rapports, présentation des candidat·es au conseil d'administration et élections.
* 12h45-14h15 : Repas partagé (chacun.e amène un plat/ boisson à partager).
* 14h30-16h30 : Visite de la ferme du Fressinet, à Riotord.

Pour nous faciliter la logistique, merci de vous inscrire en cliquant ci-dessous :
Je m'inscris à l'AG avant le 16 mai

Au plaisir de vous retrouver !

MFR de Marlhes, 22 route de Jonzieux, 42660 MARLHES


Publié le 13.05.2022 à 00:00

la Bio dans les Etoiles

terre de liens

Terre de Liens Rhône-Alpes interviendra à La Bio dans les étoiles, événement autour de l'alimentation bio et durable, organisé par la Fondation Ekibio à Annonay, en partenariat avec l'association Un Plus Bio

La Bio dans les Etoiles est un événement autour de l'alimentation bio et durable, organisé depuis 12 ans par La Fondation Ekibio. Cet événement se déroule à Annonay (Ardèche) et vise à éveiller les consciences publiques et à développer de nouvelles pratiques dans l'alimentation.

Au programme :
- Table-ronde / Donner une vocation nourricière aux territoires : Les élus passent à l'action ! Animée par Un Plus Bio
- Atelier / Quelles stratégies foncières pour nourrir différemment mon territoire ?
- Atelier / Comment transformer les comportements alimentaires ?
- Projection du film Douce France

Michel Jabrin, bénévole du groupe local Loire-Pilat interviendra dans l'atelier sur les stratégies foncières, au côté de la Safer Occitanie

Programme et Inscriptions sur le site de La Bio dans les étoiles

Annonay (07)


Publié le 22.04.2022 à 17:43

Jardin des Courtines

terre de liens

La ferme Le Jardin des Courtines est située à 30 km à l'ouest de Lyon, dans les Monts du Lyonnais, à 900 m d'altitude, sur la commune de Duerne, dans une zone dynamique pour le maraîchage et l'agriculture bio.
4 Ha, un propriétaire engagé, une dizaine d'années de maraîchage pour transformer ce terrain en agriculture bio.
A l'origine nommé « Le Jardin Fertile » par Jean-Yves, il est devenu « Le Jardin des Courtines » avec Nicolas. La continuité est assurée entre les deux maraîchers qui pratiquent et expérimentent des méthodes novatrices (maraîchage sur sol vivant et agroforesterie).

Une longue histoire....
Entre eux et nous, c'est une longue histoire. Jean-Yves nous a contactés (avec l'accord du propriétaire) en 2017, pour étudier une possible acquisition par Terre de Liens des terres qu'il loue, dans un objectif de préservation définitive des terres en terres agricoles et de lutte contre la spéculation foncière.
Son projet à l'époque : s'associer avec Isabelle, développer l'activité avec de la production de plants et construire un bâtiment pour la préparation et la conservation. L'association entre les deux n'a finalement pas abouti, le projet d'achat par Terre de Liens a été arrêté.
Trois ans plus tard, Jean-Yves passe la main à Nicolas, rencontré lors de son parcours de reconversion. Nicolas a travaillé sur l'exploitation en tant que salarié avant d'y faire son stage de reprise. Il habite dans le village et ses enfants y sont scolarisés. Il remet sur la table le projet d'acquisition par Terre de Liens.
Nous rencontrons Nicolas le 18 septembre 2020. Nous sommes enchantés par son dynamisme, son charisme et sa capacité à avoir des objectifs clairs et mesurés, sans compter sur la beauté des lieux et le charme de son exploitation.
Il a implanté des tunnels pour préparer et stocker ses légumes et protéger son matériel (très restreint). Ses produits sont vendus essentiellement sur le marché bio de Montplaisir à Lyon les mercredis après-midi.
Il lui reste des surfaces disponibles pour s'associer avec d'autres porteurs de projet (possibilité d'y faire des petits fruits, du maraîchage, des plantes aromatiques, des poules pondeuses, des activités pédagogiques…).

Le projet de Nicolas
En 2012, Nicolas a décidé de changer de projet professionnel et de projet de vie. Ingénieur en mécanique, ayant travaillé en bureau d'étude dans l'industrie pendant 12 ans, il s'est engagé dans une reconversion en maraîchage biologique, avec pour volonté de mettre en place une agro-écologie poussée. Il a passé son BPREA (Brevet Professionnel Responsable d'Entreprise Agricole) à Ecully en 2017-2018, puis a été salarié en maraichage.
Il est passionné par les méthodes novatrices mises en place par Jean-Yves. Il veut étendre la technique de maraîchage sur sol vivant, déjà en vigueur dans les 8 serres existantes, sur les cultures de plein champ, grâce à l'agroforesterie, en continuant à se former. Les parcelles de plein champ sont déjà bordées de haies d'arbres fruitiers (pruniers, pêchers, poiriers, pommiers, cerisiers). Dans certaines serres, des ceps de vigne grimpante permettent de conserver de la fraîcheur en été, et abritent des oiseaux (compagnons et complices).
Nicolas conserve l'état d'esprit initial porté par Jean-Yves sur la mise en culture de variétés locales et résistantes (Jean-Yves s'était spécialisé dans ce domaine) et produit certains de ses plants.
Il travaille avec la LPO, qui l'a conseillé et lui a attribué le label "Paysan de nature". Il a organisé une journée de chantier Biodiversité en invitant ami·es, membres de la LPO et du groupe local Terre de Liens de Lyon, pour créer des mares, installer des nichoirs, des perchoirs à rapaces, des gîtes à chauve-souris, et des tas de pierres et de bois, pour l'aider à se protéger des ravageurs.

Des projets pour 5 années
A un horizon de 4 à 5 ans, quand il aura construit son partenariat avec des associés, il envisage de construire un bâtiment agricole, à ses frais, pour répondre aux besoins agricoles.
Il envisage également de développer du “click and collect” sur Duerne, des paniers de légumes et de la vente à des restaurants, pour diversifier son circuit de vente.

Prêts pour l'achat : La collecte citoyenne commence !
Il ne reste plus qu'à trouver les actionnaires solidaires pour financer l'acquisition.