LePartisan.info À propos Podcasts Fil web Écologie Blogs Revues Médias
Reflets.info
Souscrire à ce flux
Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking

Abonnés Directrice de publication : Valérie Champagne

▸ les 10 dernières parutions

19.06.2024 à 20:00

Pour un front commun des médias contre l’extrême droite

La presse se mobilise

La presse indépendante fait entendre sa voix à quelques semaines des élections législatives qui risquent de permettre au RN accéder au pouvoir. Reflets est signataire de ce texte.

Loi sur la liberté de la presse de 1881. Souvent, les milliardaires (par ailleurs propriétaires de médias) aiment la contourner pour leur profit

Jamais depuis la Libération, l'extrême droite, en France, ne s’est trouvée si près de la victoire. Elle porte un projet de démolition sociale, de repli chauvin, de discrimination raciste, sexiste, homophobe, de guerre aux minorités, de basculement liberticide et de régression écologique.

Dans sa stratégie de conquête du pouvoir, elle a fait des médias un terrain privilégié, avec la prise de contrôle de titres, de chaînes de télévision, de radios par des milliardaires au service de son projet. Par ce maillage, elle impose dans le débat public ses fausses nouvelles et ses obsessions contraires aux droits fondamentaux. Le Rassemblement national annonce déjà la couleur pour l'audiovisuel public, voué, s'il l'emportait, à la privatisation.

La liberté de la presse est dans sa ligne de mire. Partout en Europe, dans le monde, où l'extrême droite gouverne, celle-ci est violemment attaquée : interdiction de publication, destruction du secret des sources, multiplication des procédures baillons, censure, pressions et intimidations, assèchement des aides publiques à la presse. En France, le terrain en a malheureusement été méthodiquement préparé par l'exécutif sous la présidence d'Emmanuel Macron, qui n'a eu de cesse de restreindre les protections et les droits des journalistes, par les atteintes au secret des sources et la primauté du secret des affaires, la loi sur la sécurité globale, la fusion programmée de l'audiovisuel public, et le...

16.06.2024 à 13:23

Manifestation contre le RN à Paris le 15 juin 2024

Dans le calme, les Parisiens ont tenté de marquer leur refus de l'extrême-droite

Quelques 75.000 personnes ont battu le pavé samedi 15 juin à Paris, selon la police. Selon la CGT, ils étaient 250.000. Sur l'ensemble du territoire, les organisateurs revendiquent 640.000 manifestants tandis que le ministère de l'Intérieur en a compté 250.000. Que l'on prenne les chiffres des uns ou des autres, on est encore loin du grand soir.

Un message aux dirigeants des partis - © Reflets

Quelques vitrines et abribus ont été brisés par des militants sur le parcours de la manifestation. Mais dans l'ensemble, celle-ci s'est déroulée dans le calme. La police a fait quelques incrustions dans le cortège de tête mais s'est rapidement repliée et l'on note le très faible usage des armes (lacrymogènes, grenades ou LBD). A l'heure du départ, la place de la République n'était pas remplie mais le cortège avec les syndicats s'était déjà bien avancé sur le boulevard du Temple. Une sono diffusait « Salut à toi » des Bérus et de nombreuses petites mains jaunes « Touche pas à mon pote »refaisaient leur apparition. Pour un peu on se serait cru dans les années 80. Pas en termes de mobilisation. Le nombre de personnes présentes dans toute la France le 15 juin selon les organisateurs est à peine celui qui était descendu dans les rues après la mort de Malik Oussekine en 1986.

La manifestation s'est déroulée dans le calme. Quelques personnes vêtues de noir ont brisé des abribus et des vitrines sur le parcours en tête de cortège. Plusieurs fois, des manifestants ont tenté de les en dissuader.

Les forces de l'ordre en nombre très importants étaient reléguées dans des rues parallèles parfois éloignées de la manifestation et ont évité le contact. Elles ont brisé le parcours à deux reprises en tête de cortège mais se sont rapidement repliées.

Avant le départ, boulevard du Temple - © Reflets
Avant le départ, boulevard du Temple - Reflets

Même la police déteste le RN. Enfin... Une partie de la police. - © Reflets
Même la police déteste le RN....

13.06.2024 à 10:49

Dites, les journalistes (et Reflets), vous faites quoi pour vous opposer au RN ?

Déjà, on enlève le paywall...

Le pays a déjà un pied dans le précipice. Que faire pour l'empêcher de plonger ? La presse a un rôle essentiel et Reflets entend être actif pour s'opposer à la montée en puissance d'un parti raciste et dangereux. Nous enlevons le paywall, tous nos articles sont en accès libre jusqu'à la fin des législatives.

Qui possède quoi dans le monde de la presse. Reflets appartient à ceux qui le fabriquent. - Le Monde Diplomatique et Acrimed

Il faudra bien un jour prendre le temps de mesurer avec précision le rôle de la presse dans la montée du vote pour le Rassemblement national (RN). Sans même parler de l'immense caisse de résonance mise en place par Vincent Bolloré dans le seul but de pousser au pouvoir le camp de l'extrême-droite, le rôle du reste des chaînes de télé, des magazines, des journaux, de la radio, celui du service public, interroge. Quelqu'un fera peut-être un jour le décompte du temps et de la place accordés aux discours de l'extrême-droite ainsi que de l'importance donnée aux faits-divers instrumentalisés par celle-ci. Aux polémiques hystérisées voulues par tous ceux qui adoubent cette mouvance politique...

Alors, que peut faire la presse en général et Reflets en particulier pour s'opposer à la prise du pouvoir par le RN dans un mois ?

Les rédactions (hors du groupe Bolloré) sont indépendantes et suivent une ligne éditoriale qui leur est propre. Elles peuvent donc choisir qui elles invitent, quels discours elles répercutent, quelles sujets elles traitent et comment. Il est donc possible, si ce n'est urgent, de ne pas donner autant de visibilité au camp de la haine.

Il est normal de rendre compte de ce que dit ou fait l'extrême-droite. Mais il est possible de ne pas simplement servir de caisse de résonance. Les journalistes ont un devoir de déconstruction, d'analyse, de mise en perspective des les discours.

Par exemple, on ne peut pas se contenter de dire...

3 / 10
  GÉNÉRALISTES
Basta
Blast
L'Autre Quotidien
Alternatives Eco.
La Croix
Euronews
Le Figaro
France 24
FTVI
HuffPost
L'Humanité
LCP
Le Media
Le Monde
Libération
Mediapart
La Tribune
 
  EUROPE
Courrier Europe Centle
Euractiv
Toute l'Europe
 
  INTERNATIONAL
Equaltimes
CADTM
Courrier International
Global Voices
Info Asie
Inkyfada
I.R.I.S
Jeune Afrique
Kurdistan au féminin
N-Y Times
Orient XXI
Of AFP
Rojava I.C
 
  OSINT / INVESTIGATION
OFF Investigation
OpenFacto°
Bellingcat
Disclose
G.I.J.N
 
  MÉDIAS D'OPINION
AOC
Au Poste
Cause Commune
CrimethInc.
Issues
Les Jours
Le Monde Moderne
LVSL
Marianne
Médias Libres
Quartier Général
Rapports de force
Reflets
Rézo
StreetPress
 
  OBSERVATOIRES
Armements
Acrimed
Catastrophes naturelles
Conspis
Culture
Extrême-droite
Human Rights
Inégalités
Information
Internet actu ✝
Justice fiscale
Liberté de création
Multinationales
Situationnisme
Sondages
Street-Médics
Routes de la Soie
Vrai ou Fake ?
🌓