LePartisan.info À propos Podcasts Fil web Écologie Blogs Revues Médias
observatoire des sondages
Souscrire à ce flux

▸ les 10 dernières parutions

18.07.2024 à 13:16

Concentration horizontale : les médias Bolloré veulent plus de répression

Le JDD du 18 juillet 2024 publie un sondage aux chiffres unanimistes : « Sondage – 87 % des Français veulent que la justice soit plus sévère envers les délinquants ». L'article démarre par une contextualisation très suggestive : « Alors que de nombreux crimes et délits en France sont perpétrés par des récidivistes, une enquête récente réalisée par l'institut CSA pour CNews, Europe 1 et le JDD montre que la plupart des Français sont en faveur d'une justice plus stricte à l'égard des délinquants ».
Et de continuer par (...)

- Actualité / , , , , , ,
Lire plus (370 mots)

Le JDD du 18 juillet 2024 publie un sondage aux chiffres unanimistes : « Sondage – 87 % des Français veulent que la justice soit plus sévère envers les délinquants ». L'article démarre par une contextualisation très suggestive : « Alors que de nombreux crimes et délits en France sont perpétrés par des récidivistes, une enquête récente réalisée par l'institut CSA pour CNews, Europe 1 et le JDD montre que la plupart des Français sont en faveur d'une justice plus stricte à l'égard des délinquants ».

Et de continuer par le rappel du dernier fait divers de l'attaque d'un militaire de l'opération Sentinelle le 15 juillet. Et encore d'insister sur l'origine congolaise de l'agresseur. Après tout cela, peut-il exister des partisans de la clémence ? Devant tant de détermination, on aurait pu suggérer au sondeur de demander aux sondés - pardon ! les Français – s'ils sont favorables au rétablissement de la peine de mort. On aurait une bonne chance de se retrouver dans un pays favorable à ce rétablissement et à ce train de trouver bientôt une majorité parlementaire qui l'appliquerait.

Il y a d'autres questions de cet acabit que nous pourrions suggérer au sondeur. L'observatoire des sondages les a appelées des questions pousse-au-crime. La belle unanimité traduit bien ce que les commanditaires du sondage veulent faire croire sur ce sujet comme en d'autres. Le sondeur ? Un sondeur acquis par Vincent Bolloré, Le JDD ? Un hebdomadaire du groupe Vivendi possédé par Vincent Bolloré. Europe 1 ? Une station radio de Vincent Bolloré. CNews ? Une chaîne de télévision de Vincent Bolloré. Cela ne vous rappelle-t-il rien ?

08.07.2024 à 12:11

Les sondages ne sont pas « trompés »

Au soir du deuxième tour des élections législatives du 7 juillet 2024, les sondeurs ont eu le triomphe modeste. Certes les sondages ne sont pas des prédictions, certes ils restent approximatifs, certes ils sont difficiles à mener sur des élections au scrutin uninominal local, etc. Mais tout de même il fallait deviner le tiercé gagnant. Et là c'est réussi. Certes dans un ordre inverse à l'ordre annoncé ; et avec quelques menus écarts en pourcentages. Qu'importe ! Quoi qu'on dise ils seront là la prochaine (...)

- Élections / ,
Lire plus (258 mots)

Au soir du deuxième tour des élections législatives du 7 juillet 2024, les sondeurs ont eu le triomphe modeste. Certes les sondages ne sont pas des prédictions, certes ils restent approximatifs, certes ils sont difficiles à mener sur des élections au scrutin uninominal local, etc. Mais tout de même il fallait deviner le tiercé gagnant. Et là c'est réussi. Certes dans un ordre inverse à l'ordre annoncé ; et avec quelques menus écarts en pourcentages. Qu'importe ! Quoi qu'on dise ils seront là la prochaine fois

182 NFP ; 168 EN ; 143 RN ; 46 LR ; 14 Droite ; 13 Gauche ; 6 Centre ; 4 Régionalistes ; 1 Divers

NB : pour les (quelques ?) lecteurs qui n'auraient pas compris, le titre de l'article est ironique.

A titre de rappel

PNG - 108.3 ko

30.06.2024 à 07:14

Petite histoire belge

Malgré des lacunes au demeurant nombreuses, il est un aspect des sondages électoraux que les médias n'ignorent pas : la publication de sondages d'intention de vote ou en relation directe ou indirecte avec les législatives est interdite 48 heures avant le scrutin (en l'occurrence depuis vendredi 28 juin 2024 minuit). C'est la loi. Si la presse française et les sondeurs ont souvent vu cette interdiction comme injuste voire irréaliste en référence à la « liberté » de la presse étrangère et l'extension (...)

- Élections / , , ,
Texte intégral (651 mots)

Malgré des lacunes au demeurant nombreuses, il est un aspect des sondages électoraux que les médias n'ignorent pas : la publication de sondages d'intention de vote ou en relation directe ou indirecte avec les législatives est interdite 48 heures avant le scrutin (en l'occurrence depuis vendredi 28 juin 2024 minuit). C'est la loi. Si la presse française et les sondeurs ont souvent vu cette interdiction comme injuste voire irréaliste en référence à la « liberté » de la presse étrangère et l'extension d'internet, la réduction du délai d'interdiction d'une semaine à deux jours a calmé leurs récriminations. Ils la respectent, et s'y conforme dans son ensemble. La presse étrangère notamment francophone moins.

Certains journalistes belges, dont on peut supposer que leur ignorance en matière de sondage vaut celle de leurs confrères français, ignorent-ils aussi la loi française ? Difficile à dire, sauf pour La Libre Belgique qui n'a manifestement pas compris (trop subtil à ses yeux ?) que cette interdiction vise également la diffusion de sondages ayant déjà fait l'objet d'une publication avant le vendredi minuit fatidique (les publications antérieures ne sont pas concernées et peuvent rester accessibles). Cela n'excuse en rien le viol de la loi de 1977, mais peut éventuellement plaider en sa faveur. Les amateurs « d'histoires belges » seront sans doute sensibles à cet argument (nous ne publions évidemment qu'une photo d'écran sans le rappel des sondages concernés).

JPEG - 93.9 ko

L'hypothèse du « pousse au clic » ou « putaclic », terme privilégié par nombre d'internautes (en référence au racolage exercé dans la prostitution) qui a envahi internet, reste beaucoup plus plausible. Et là plus question d'histoire belge, puisque les médias du monde entier ont rapidement adopté cette pratique à la faveur du développement du Web [1]. Quant à imaginer que la commission des sondages puisse s'émouvoir du viol la loi qu'elle doit faire respecter, drôle ou pas il ne faut pas se raconter d'histoire, c'est impossible.


[1] Terme visant la publication d'un texte ou d'une vidéo dont le titre et/ou l'image, choisis pour l'illustrer - repris par les moteurs de recherche - sont délibérément racoleurs pour inciter les internautes à les lire ou les visionner en cliquant sur les liens que les moteurs affichent. La presse a profité de l'occasion pour ressusciter les votes de paille, cf. par exemple Le retour des votes de paille ; E. Musk : son avis, son oeuvre ; De la stupidité des votes de paille : une alerte citoyenne.

3 / 10
  GÉNÉRALISTES
Basta
Blast
L'Autre Quotidien
Alternatives Eco.
La Croix
Euronews
Le Figaro
France 24
FTVI
HuffPost
L'Humanité
LCP / Public Senat
Le Media
Le Monde
Libération
Mediapart
La Tribune
 
  EUROPE
Courrier Europe Centle
Euractiv
Toute l'Europe
 
  INTERNATIONAL
Equaltimes
CADTM
Courrier International
Global Voices
Info Asie
Inkyfada
I.R.I.S
Jeune Afrique
Kurdistan au féminin
N-Y Times
Orient XXI
Of AFP
Rojava I.C
 
  OSINT / INVESTIGATION
OFF Investigation
OpenFacto°
Bellingcat
Disclose
G.I.J.N
 
  MÉDIAS D'OPINION
AOC
Au Poste
Cause Commune
CrimethInc.
Issues
Les Jours
Le Monde Moderne
LVSL
Marianne
Médias Libres
Quartier Général
Rapports de force
Reflets
Rézo
StreetPress
 
  OBSERVATOIRES
Armements
Acrimed
Catastrophes naturelles
Conspis
Culture
Extrême-droite
Human Rights
Inégalités
Information
Internet actu ✝
Justice fiscale
Liberté de création
Multinationales
Situationnisme
Sondages
Street-Médics
Routes de la Soie
Vrai ou Fake ?
🌓